Comprendre les relations nappes - rivières

Dans les zones de plaine, les cours d’eau sont très liés aux nappes d’eau souterraine. En effet, le lit du cours d’eau est généralement composé d’alluvions perméables (sables, graviers, etc.) sur une épaisseur de quelques mètres à 10 m maximum en région Centre-Val de Loire. Ce réservoir alluvial contient une nappe souterraine, dite « nappe alluviale ».

En période de crue, la nappe alluviale est alimentée par les eaux de la rivière. A l’inverse, en période d’étiage, ce sont les eaux de la nappe qui s’écoulent vers la rivière. La nappe joue donc un rôle majeur pour qu’il y ait encore de l’eau dans la rivière même s’il n’y a pas eu de pluie depuis plusieurs semaines !

Schéma des relations nappe-rivière (© BRGM)

Ainsi, les nappes alimentent les cours d’eau de manière diffuse et discrète puisque nous ne voyons rien en surface !
Dans d’autres cas, on peut observer le rôle des eaux souterraines qui émergent via des sources, et alimentent directement les cours d’eau. Le cas le plus spectaculaire en région Centre est celui de la source   du Bouillon dans le parc floral, à Orléans. A noter, les alluvions de la Loire ne sont pas le seul réservoir aquifère   mis à contribution : les eaux de cette source   proviennent également des calcaires de Beauce sous-jacents (cf. article sur le karst du Val d’Orléans).

Source du Bouillon, au parc floral à Orléans (© BRGM - François Michel) -  voir en grand cette image"
Source du Bouillon, au parc floral à Orléans (© BRGM - François Michel)

NB : En région Centre-Val de Loire, seules les alluvions des grands cours d’eau présentent un intérêt notable pour une exploitation par forage  , c’est-à-dire les alluvions de la Loire, du Cher, de l’Indre ou du Loir.

Revenir en haut

Relations nappes-rivières